Isoler des combles perdus : pourquoi, comment et à quel prix ?

 

Les combles sont l’espace situé sous la toiture d’une maison. Ils peuvent être aménagés ou non, selon la hauteur, la pente et la charpente du toit. Lorsque les combles ne sont pas habitables, on parle de combles perdus.

Ces combles représentent une source importante de déperditions de chaleur, car l’air chaud monte et s’échappe par le toit. Il est donc essentiel d’isoler des combles perdus pour réduire sa facture énergétique, améliorer le confort thermique et acoustique de son logement, et protéger l’environnement.

Cet article explique pourquoi il est intéressant d’isoler des combles perdus, comment choisir la technique et le matériau d’isolation adaptés à la maison, à quel prix réaliser ce projet, et également des informations sur les aides financières disponibles pour l’isolation des combles perdus.

 

Pourquoi isoler des combles perdus ?

 

Isoler des combles perdus présente de nombreux avantages, tant sur le plan économique, écologique que confortable. Voici les principaux bénéfices que vous pouvez obtenir en réalisant cette opération :

—  Vous réduisez les pertes de chaleur de votre maison, ce qui vous permet de faire des économies sur votre facture de chauffage. Selon l’Ademe, l’isolation des combles peut vous faire économiser jusqu’à 30 % d’énergie.

 

Pour vous donner une idée, voici un tableau qui compare la consommation annuelle de chauffage d’une maison de 100 m², selon qu’elle soit isolée ou non :

Isolation des combles Consommation annuelle de chauffage (kWh) Coût annuel du chauffage (euros)
Non isolée 26 000 2 600
Isolée 18 000 1 800
Économie réalisée 8 000 800

 

—  Vous améliorez le confort thermique de votre habitation, en évitant les variations de température entre l’été et l’hiver. Vous profitez ainsi d’un intérieur plus agréable à vivre, sans avoir à surchauffer ou à climatiser.

—  Vous améliorez le confort acoustique de votre logement, en réduisant les nuisances sonores provenant de l’extérieur.

—  Vous contribuez à la protection de l’environnement, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre liées à la consommation d’énergie. L’isolation des combles est une action écologique et responsable, qui s’inscrit dans la transition énergétique.

— Vous valorisez votre bien immobilier, en augmentant la performance énergétique de votre maison. L’isolation des combles est un critère pris en compte dans le diagnostic de performance énergétique (DPE), qui est obligatoire lors de la vente ou de la location d’un bien.

 

Comment isoler des combles perdus ?

 

Il existe plusieurs techniques pour isoler des combles perdus, selon la configuration et l’accessibilité de l’espace sous le toit. Les deux principales méthodes sont l’isolation par soufflage et l’isolation par épandage.

 

L’isolation par soufflage

L’isolation par soufflage consiste à projeter un matériau isolant sous forme de flocons ou de granulés, sur le plancher des combles. Cette technique permet de couvrir uniformément toute la surface, en comblant les moindres recoins et en évitant les ponts thermiques.

L’isolation par soufflage est adaptée aux combles difficiles d’accès ou irréguliers, et offre une bonne résistance thermique. Elle nécessite l’intervention d’un professionnel, qui dispose d’une machine à souffler et d’un tuyau pour acheminer le matériau isolant.

 

Pour vous donner une idée, voici un schéma qui illustre le principe de l’isolation par soufflage :

 

Schéma d'isolation par soufflage

 

 

L’isolation par épandage

L’isolation par épandage consiste à répandre manuellement un matériau isolant sous forme de flocons ou de granulés, sur le plancher des combles.

Cette technique permet de doser la quantité de matériau isolant en fonction de l’épaisseur souhaitée, et de tasser légèrement le produit pour assurer sa stabilité. L’isolation par épandage est adaptée aux combles facilement accessibles et réguliers, et offre une bonne résistance thermique.

Elle peut être réalisée par un professionnel ou par un particulier, à condition de respecter les règles de sécurité et de ventilation.

 

Pour vous donner une idée, voici une photo qui montre le résultat de l’isolation par épandage :

 

Photo de l'isolation par épandage

 

 

Quel matériau choisir pour isoler des combles perdus ?

 

Le choix du matériau isolant dépend de plusieurs critères, tels que la performance thermique, le coût, la durabilité, l’impact environnemental, la résistance au feu, à l’humidité ou aux rongeurs. Il existe deux grandes familles de matériaux isolants : les matériaux synthétiques et les matériaux naturels.

 

Les matériaux synthétiques

Les matériaux synthétiques sont fabriqués à partir de produits chimiques ou de dérivés du pétrole. Ils présentent l’avantage d’être légers, résistants, imputrescibles et peu coûteux. Ils ont cependant un impact environnemental négatif, car ils sont peu recyclables et dégagent des substances toxiques en cas d’incendie.

Parmi les matériaux synthétiques les plus utilisés pour isoler des combles perdus, on trouve :

 

  • La laine de verre : c’est le matériau isolant le plus répandu en France. Elle est composée de fibres de verre recyclé, liées par un liant synthétique. Elle offre une excellente performance thermique et acoustique, et résiste au feu. Elle se présente sous forme de flocons ou de rouleaux.
  • La laine de roche : c’est un matériau isolant issu du basalte, une roche volcanique. Elle est composée de fibres minérales, liées par un liant synthétique. Elle offre une très bonne performance thermique et acoustique, et résiste au feu, à l’eau et aux rongeurs. Elle se présente sous forme de flocons ou de panneaux.
  • Le polystyrène expansé : c’est un matériau isolant obtenu par expansion de billes de polystyrène, un dérivé du pétrole. Il offre une bonne performance thermique, mais une faible performance acoustique. Il résiste à l’humidité, mais pas au feu. Il se présente sous forme de granulés ou de plaques.

 

Les matériaux naturels

Les matériaux naturels sont fabriqués à partir de produits d’origine végétale ou animale. Ils présentent l’avantage d’être écologiques, renouvelables, biodégradables et respirants. Ils ont cependant un coût plus élevé et une durée de vie plus courte que les matériaux synthétiques.

Parmi les matériaux naturels les plus utilisés pour isoler des combles perdus, on trouve :

 

  • La ouate de cellulose : Elle est composée de fibres de cellulose, traitées avec des sels de bore pour les rendre ignifuges et antifongiques. Elle offre une très bonne performance thermique et acoustique, et régule l’humidité. Elle se présente sous forme de flocons ou de panneaux.
  • La laine de mouton : Elle est composée de fibres de kératine, traitées avec des produits naturels pour les rendre imputrescibles et résistantes aux insectes. Elle offre une bonne performance thermique et acoustique, et régule l’humidité. Elle se présente sous forme de rouleaux ou de nappes.
  • Le liège : Il est composé de cellules remplies d’air, qui lui confèrent une bonne performance thermique et acoustique. Il résiste au feu, à l’eau et aux insectes. Il se présente sous forme de granulés ou de plaques.

 

Pour choisir le matériau isolant le plus adapté à des combles perdus, il faut donc comparer les avantages et les inconvénients de chaque matériau, en fonction des besoins, du budget et des préférences. Il est bien également de demander conseil à un professionnel qualifié, qui pourra orienter vers la meilleure solution.

 

À quel prix isoler des combles perdus ?

 

Le prix de l’isolation des combles perdus dépend de plusieurs facteurs, tels que la surface à isoler, la technique utilisée, le matériau choisi, la qualité de la pose, la zone géographique et le professionnel contacté. Il est donc difficile de donner un chiffre exact, mais on peut estimer une fourchette moyenne de prix au mètre carré, selon le type d’isolation :

– L’isolation par soufflage : entre 10 et 25 euros le mètre carré, pose comprise.
– L’isolation par épandage : entre 15 et 30 euros le mètre carré, pose comprise.

Ces prix sont donnés à titre indicatif, et peuvent varier selon les cas.

 

Quelles aides financières pour isoler des combles perdus ?

 

Isoler des combles perdus est un investissement rentable sur le long terme, mais qui peut représenter un coût important à l’achat.

Heureusement, il existe des aides financières qui peuvent vous aider à financer votre projet, en fonction de vos revenus, de la nature des travaux et du type de logement.

Voici les principales aides dont vous pouvez bénéficier :

—  Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) : il permet de déduire de vos impôts sur le revenu 30 % des dépenses engagées pour l’isolation des combles, dans la limite de 150 euros par mètre carré de surface isolée, et de 8 000 euros pour une personne seule ou de 16 000 euros pour un couple.

—  La prime énergie : elle est versée par les fournisseurs d’énergie, dans le cadre du dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE). Elle permet de recevoir une somme d’argent, sous forme de chèque, de virement ou de bon d’achat, en fonction des économies d’énergie réalisées grâce à l’isolation des combles. Le montant de la prime varie selon le fournisseur, le type d’isolation et les revenus du ménage.

 

Voici un tableau qui compare le montant de la prime énergie selon le fournisseur et le type d’isolation :

Fournisseur Isolation par soufflage Isolation par épandage
EDF 20 euros/m² 25 euros/m²
Engie 18 euros/m² 23 euros/m²
Total 22 euros/m² 27 euros/m²

 

—  L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) : il permet d’emprunter jusqu’à 30 000 euros sans intérêt, pour financer des travaux d’amélioration de la performance énergétique de son logement, dont l’isolation des combles. Il est accordé par les banques, sous certaines conditions de ressources, de durée de remboursement et de performance énergétique. (3) Pour vous donner une idée, voici un exemple de simulation d’éco-PTZ pour un projet d’isolation des combles perdus :

Montant du prêt Durée du prêt Mensualité Coût total du crédit
15 000 euros 10 ans 125 euros 0 euro

  Les aides de l’Anah (Agence nationale de l’habitat) : elles sont destinées aux propriétaires occupants ou bailleurs, qui réalisent des travaux de rénovation énergétique de leur logement, dont l’isolation des combles. Elles sont attribuées en fonction des revenus du ménage, du type de travaux et du gain énergétique. Elles peuvent couvrir jusqu’à 50 % du coût des travaux, dans la limite de 10 000 euros par logement.

 

Voici un tableau qui indique les plafonds de ressources et les montants des aides selon les catégories de ménages :

Catégorie de ménage Plafond de ressources (euros) Montant de l’aide (euros)
Très modeste 14 879 7 500
Modeste 18 960 6 000
Intermédiaire 27 729 4 500
Aisé 44 188 3 000

Les plafonds de ressources et les montants évoluent et changent en général chaque année.

 

  Les aides locales : elles sont octroyées par les collectivités territoriales (régions, départements, communes), pour soutenir les projets d’isolation des combles. Elles peuvent prendre la forme de subventions, de prêts bonifiés, de réductions d’impôts locaux ou de chèques énergie. Elles sont variables selon les territoires et les critères d’éligibilité.

Pour bénéficier de ces aides, il faut respecter certaines conditions, notamment faire appel à un professionnel qualifié RGE, utiliser un matériau isolant ayant une résistance thermique minimale de 7 m².K/W, et réaliser les travaux dans un logement achevé depuis plus de deux ans. Il est recommandé de se renseigner auprès des organismes compétents, et de faire les demandes avant le début des travaux.

 

 

 

Conclusion

 

Isoler des combles perdus est une opération qui présente de nombreux avantages, tant sur le plan économique, écologique que confortable. Elle permet de réduire les déperditions de chaleur, de faire des économies d’énergie, d’améliorer le confort thermique et acoustique, de protéger l’environnement et de valoriser son patrimoine immobilier.

Pour isoler des combles perdus, il faut choisir la technique et le matériau adaptés à sa situation, et comparer les prix et les offres des professionnels.

Il existe également des aides financières qui peuvent aider à financer le projet, sous certaines conditions. Isoler des combles perdus est donc un investissement rentable et durable, qui contribue à améliorer la qualité de vie et le bien-être des occupants.

 

 

 

FAQ

 

  • Quelle est la différence entre des combles aménageables et des combles perdus ?

Des combles sont aménageables lorsque la hauteur sous plafond est suffisante (au moins 1,80 m), que la pente du toit est supérieure à 30 %, et que la charpente est adaptée. Des combles sont perdus lorsque ces conditions ne sont pas réunies, et qu’ils ne peuvent pas être habités.

 

  • Quelle est la meilleure saison pour isoler des combles perdus ?

Il n’y a pas de saison idéale pour isoler des combles perdus, mais il est préférable d’éviter les périodes de forte chaleur ou de forte humidité, qui peuvent nuire à la qualité de la pose et du matériau isolant. Le printemps ou l’automne sont donc des saisons propices pour réaliser ce type de travaux.

 

  • Quelle est la durée de vie d’une isolation des combles perdus ?

La durée de vie d’une isolation des combles perdus dépend du matériau utilisé, de la qualité de la pose, et de l’entretien effectué. En général, on estime qu’une isolation des combles perdus peut durer entre 20 et 50 ans, voire plus si elle est bien réalisée et entretenue.

 

  • Comment entretenir une isolation des combles perdus ?

Pour entretenir une isolation des combles perdus, il faut vérifier régulièrement l’état du matériau isolant, et le remplacer en cas de dégradation, de tassement, de moisissure ou d’infestation. Il faut également veiller à assurer une bonne ventilation des combles, pour éviter les problèmes d’humidité et de condensation. Il est conseillé de faire appel à un professionnel pour effectuer un diagnostic et un contrôle de l’isolation des combles perdus tous les 10 ans environ.

Lire aussi :